Article(s) du dossier :

Espaces publics et hydraulique douce : 3 exemples paysagers

Prix Auguste Perret 2008 : le paysage portuaire du Havre primé

Fleurir autrement villes et villages : dynamiques végétales et espace public

Programmation d’équipement ou d’espace public et qualité environnementale

Gestion différenciée des bords de routes

Gestion différenciée des espaces verts

Accueil du site > Nos dossiers > Espace public > Bretteville du Grand Caux, un cadre de vie préservé
Taille du texte [+] [-] - Imprimer cet articleImprimer cet article



Bretteville du Grand Caux, un cadre de vie préservé


Quand l’extension du bourg valorise le paysage...

La visite commentée proposée le 10 octobre 2007 dans le cadre des Rendez-vous du C.A.U.E avait pour objectif de faire partager l’expérience de Bretteville du Grand Caux. Soucieuse de préserver la qualité de son paysage, la commune s’est engagée dans différentes démarches.

JPG - 37.3 ko

La première concerne l’aménagement de deux lotissements communaux dont certains principes simples d’aménagement ont participé à mieux les insérer dans l’environnement local et à améliorer le cadre de vie des habitants : des haies ont été plantées en périphérie du site, la gestion des eaux pluviales s’est traduite par la création de noues enherbées et d’une mare, des préconisations architecturales ont été prescrites dans le réglement...

JPG - 52.9 ko

La seconde démarche s’inscrit dans une volonté de revaloriser les chemins ruraux et son patrimoine arboré. Elle a aboutit à l’aménagement d’un chemin de ceinture sur la périphérie du bourg, partiellement accompagné de haies. A l’intérêt paysager de ces plantations s’ajoutent le rôle de brise-vent, l’intérêt écologique, la fonction sociale...

JPG - 58.3 ko

Le développement démographique constitue un enjeu important pour les communes rurales. La construction de lotissements leur permet de répondre aux demandes croissantes de logements et de maintenir les services de proximité : l’école, les commerces... C’est pourquoi, depuis plus de vingt ans, les extensions bâties se multiplient en périphéries des bourgs et des villages.

JPG - 56.8 ko

Trop souvent, le choix des sites d’implantations se fait en raison des opportunités foncières. Et les aménagements sont réalisés sans prise en compte du paysage existant et avec, comme souci principal, la rentabilité de l’opération. La pauvreté des espaces extérieurs et la standardisation de l’architecture conduisent à une banalisation du paysage local.

En Pays de Caux, du fait de la restructuration de l’agriculture et de l’urbanisation croissante, les villages ruraux perdent leur caractère boisé. Les alignements d’arbres qui ceinturaient les zones bâties sont abattus et les nouvelles constructions viennent s’implanter au delà de l’habitat ancien, en limite avec la plaine agricole. Aujourd’hui, tous les villages affichent sur leur périphérie ces mêmes paysages composites issus d’une juxtaposition de pavillons individuels.

JPG - 35.5 ko

Aménager un lotissement ou une zone d’activités conduit à une transformation lourde et irréversible d’une portion du territoire, le plus souvent agricole. C’est pourquoi, les extensions de bourg doivent être réfléchies dans une logique d’ensemble afin de valoriser le paysage local et non pas le destructurer. Des préconisations précises doivent être définies en amont des projets pour assurer une unité d’ensemble du point de vue architectural et paysager (implantation du bâti par rapport aux arbres, traitement des limites intérieures, orientation des faîtages, proportions des constructions, matériaux utilisés, pentes de toitures, hydraulique douce…)

JPG - 41.5 ko

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Coordonnées et contacts | infos légales | copyright caue76