Web

L’association GENTIANA et les services techniques et environnement de la commune de Jarrie avec l’aide du Conseil Général de l’Isère publient en ligne un "Guide de la gestion raisonnable des espaces communaux". Voir le site

Un site ressource très intéressant : gestion différenciée.org

Le CAUE de la Vendée a mis au point un intéressant "Guide méthodologique de la gestion différenciée" qui propose une démarche pratique adaptable à chaque commune. Voir le site

Le CAUE du Val d’Oise met en ligne un guide OBJECTIF "ZERO PHYTOSANITAIRE" DANS LES ESPACES VERTS

Le CAUE du Loiret publie une fiche technique sur la pratique raisonnée du desherbage dans les jardins privés et les espaces publics. Voir le site

Sur la question plus spécifique des bords de routes, consulter la fiche de l’AREHN dans la collection Connaître pour agir. Voir le site

L’AREHN met en ligne Le catalogue des actions concrètes en matière de développement durable. Il constitue la mise à jour sur internet du DVD-Rom "Le développement durable, c’est possible - Guide à l’usage des collectivités". 2 exemples de gestion différenciée : la ville de la Grande Synthe et la ville de Lausanne


Article(s) du dossier :

Espaces publics et hydraulique douce : 3 exemples paysagers

Prix Auguste Perret 2008 : le paysage portuaire du Havre primé

Fleurir autrement villes et villages : dynamiques végétales et espace public

Programmation d’équipement ou d’espace public et qualité environnementale

Bretteville du Grand Caux, un cadre de vie préservé

Gestion différenciée des bords de routes

Accueil du site > Nos dossiers > Espace public > Gestion différenciée des espaces verts
Taille du texte [+] [-] - Imprimer cet articleImprimer cet article



Gestion différenciée des espaces verts

Force est de constater, aujourd’hui, que le recours systématique à l’utilisation de produits phytosanitaires engendre de nombreux problèmes et dysfonctionnements (risques importants de pollution, notamment de la ressource en eau, perte de biodiversité…). La gestion des espaces verts, s’inspirant des méthodes employées en agriculture, en est une riche consommatrice. Pour pallier ces risques, de nouvelles méthodes plus respectueuses de l’environnement ont été conçues ; la gestion différenciée est une des réponses proposées.

Il existe plusieurs façons de concevoir la conduite des espaces verts ; à une gestion naturelle écologique s’oppose une gestion horticole. La première mise sur une quasi non intervention sur les milieux ; l’entretien est réduit au strict nécessaire. Elle utilise les espèces d’origine locale et favorise les évolutions spontanées des milieux. Cette méthode est particulièrement adaptée à la gestion des milieux naturels. La seconde nécessite un entretien permanent (désherbage, taille, tonte, fertilisation, arrosage, destruction des parasites…) La gestion dite "différenciée" correspond à un compromis entre ces deux conceptions radicalement opposées.

JPG - 35.9 ko

La mise en place d’une gestion différenciée nécessite la définition d’un certain nombre de secteurs sur lesquels va s’appliquer une gestion adaptée : des espaces naturels jusqu’aux espaces de prestiges qui demanderont plus de soins. En général on peut ainsi déterminer 5 à 6 classes d’espaces verts, du très entretenu au plus naturel, avec pour chacune d’entre elles une gestion particulière.

Pour mettre en place la gestion différenciée sur les espaces communaux (ou intercommunaux), il faut :

- réaliser un diagnostic afin de recenser les espaces, leur patrimoine et leur mode de gestion actuel
- identifier les différentes catégories d’espaces verts (espaces de prestige, terrains de sports, arbres d’alignement, cimetières, zones de loisirs, espaces naturels,…) et les cartographier
- définir un cahier des charges pour l’aménagement et l’entretien de chaque secteur ; réaliser un plan de gestion pluriannuel
- effectuer un accompagnement technique (acquisition de matériel, formation du personnel…)
- communiquer sur la mise en place de la gestion différenciée
- évaluer l’action (vers de nouvelles améliorations)

Quelques exemples de moyens écologiques à mettre en œuvre : (pour limiter l’apport d’intrants, pour une gestion économe de la ressource en eau…) :

- Pratiquer un désherbage écologique (emploi de matériel plus respectueux de l’environnement : désherbage manuel ou thermique)
- Diminuer les fréquences d’entretien, pratiquer des fauches différenciées
- Faire le choix de l’utilisation des plantes vivaces dans les massifs (permet de limiter les coûts d’implantation et d’entretien)
- Recourir aux paillages organiques (paillette de lin, broyat d’élagage…)
- Utiliser des plantes couvre-sol au pied des arbres
- Diminuer l’usage des produits phytosanitaires
- Utiliser les techniques de lutte biologique (utilisation des insectes auxiliaires comme les coccinelles, les chrysopes…)
- Restreindre l’arrosage aux espaces de prestige, mettre en place des systèmes d’arrosage automatique, utiliser des espèces moins consommatrices d’eau
- Favoriser la récupération et l’emploi des eaux pluviales
- Tolérer la présence d’une certaine flore sauvage, voire l’utiliser dans la création de nouveaux espaces

JPG - 81.2 ko

La gestion différenciée des espaces verts est une démarche progressive qui nécessite une forte implication des élus et des services techniques. Des formations destinées aux techniciens seront parfois nécessaires pour remettre en cause des pratiques fortement ancrées. Un effort en matière de communication doit également être mené notamment en direction de la population locale. En effet, celle-ci devra comprendre les différents changements qu’elle percevra dans son paysage quotidien. Cette information peut se faire de différentes façons : articles dans le bulletin municipal, presse locale, ateliers pédagogiques, journées portes ouvertes…

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Coordonnées et contacts | infos légales | copyright caue76