le 24-11-2017
http://www.caue76.org/spip.php?article81
Nos conseils pour le choix des végétaux sur talus

La haie sur talus : pourquoi et comment ?

Avant de choisir le type de la future haie et ses essences, on prendra en compte :
- le rôle de l’alignement (brise-vent, agrément, production de bois, réserves pour la faune et la flore…).
- les conditions de terrain (situation en périphérie de village, au cœur d’une zone bâtie, orientation, proximité de lignes électriques…).
- la proximité éventuelle d’habitations (orientation, emprise foncière…).

JPG - 60.7 ko

Il est important de privilégier les essences indigènes, dites « essences locales », qui poussent spontanément dans le département. Ces végétaux sont mieux adaptés au climat local et aux sols de la région. Ils ont un intérêt écologique et s’insèrent parfaitement dans le paysage. Les essences non indigènes peuvent être utilisées très ponctuellement pour diversifier la haie dans le centre du village ou marquer une entrée, l’extrémité de l’alignement…(pas plus de 10% de la totalité de l’alignement). Quant aux résineux et aux persistants, ils sont à proscrire des talus cauchois.

Une ou plusieurs essences ?

Vaut-il mieux opter pour un alignement mixte associant plusieurs essences arborées ou pour un alignement monospécifique composé d’une seule essence ? Sur les talus cauchois, les hêtraies dominent. Elles forment des alignements majestueux et réguliers. Le chêne ou le frêne se rencontrent, aussi, en alignements purs mais plus souvent associés à d’autres essences.

JPG - 73.3 ko

Les alignements monospécifiques présentent un aspect plus homogène que les alignements mixtes. Mais associer plusieurs essences améliore la richesse biologique de l’alignement et contribue à limiter les conséquences néfastes d’attaques de ravageurs ou de maladies.

En haie mixte, associer des espèces dont les vitesses de pousse sont équivalentes :
- Arbres à croissance modérée : hêtre/chêne pédonculé ou chêne sessile/charme
- Arbres à croissance rapide : frêne/érable plane/érable sycomore/merisier/châtaignier.

La hauteur à l’âge adulte sera un critère de choix des essences. Les arbres les plus hauts seront réservés aux grandes parcelles ou aux situations périphériques (bord de plaine, limite de village…), les arbres de hauteur plus réduite seront utilisés en zone bâtie.

Arbres seuls ou mariage arbres et arbustes ?

JPG - 48.4 ko

Des arbustes et/ou des arbres traités en taillis peuvent être introduits entre les arbres de haut jet afin de former une strate buissonnante (le « bourrage »). Cette strate végétale intermédiaire renforce l’effet brise-vent surtout si les arbres de haut jet sont dégarnis à la base. Elle crée aussi un gîte plus accueillant pour la faune et donne un caractère plus ornemental à l’alignement.

Il vaut mieux sélectionner d’abord les essences d’arbres de haut jet puis celles des arbustes et de veiller à ce qu’elles soient compatibles. Par exemple, si les arbres choisis ont une croissance modérée (hêtre, chêne…), le bourrage ne doit pas comporter de végétaux trop vigoureux tels que le noisetier ou le châtaignier. En revanche, ces derniers peuvent être associés au frêne, au merisier ou aux érables.

Alignements denses ou espacés ?

JPG - 44.4 ko

Sur les fossés cauchois, les arbres sont traditionnellement plantés très serrés, formant des rideaux denses. Dès que l’alignement à créer est éloigné des habitations ou situé le long de la plaine agricole, il faut préserver cette particularité locale.

Ces fortes densités présentent plusieurs avantages :
- Si des sujets meurent brutalement, l’homogénéité de l’alignement est conservée.
- L’alignement peut être exploité partiellement pour le bois sans rompre sa continuité.
- Plantés serrés, les arbres sont en concurrence et se développent davantage en hauteur qu’en épaisseur. Cette situation favorise les élagages naturels.

JPG - 70.9 ko

Les arbustes de bourrage sont disposés entre les arbres de haut jet tous les 1 mètre. Si le bourrage est constitué d’essences d’ombre, il peut se maintenir longtemps. En revanche, s’il est composé d’essence de lumière, les végétaux auront tendance à disparaître au bout d’une vingtaine d’années, concurrencés par les arbres.

voir aussi :

Notre dossier sur les haies

Aides

A noter que des aides peuvent être obtenues auprès du Département de la Seine-Maritime à certaines conditions.
 pour les particuliers
 pour les communes ou les groupements de communes

Un coffret de 5 Albums

Un guide généraliste présente le paysage et l’architecture du Pays de Caux, son évolution et ses conséquences. Un autre guide détaille « Le clos-masure, ses rôles environnementaux ».
Enfin, quatre guides techniques « Les vergers », « Les bâtiments », « Les talus plantés » et « Les mares » donnent nos conseils pour les restaurer et les entretenir.
Consulter les Guides

Objectif clos-masures, un concours photos

Des regards différents sur un paysage particulier. Voir les images

Un livre sur les clos-masures et le paysage du Pays de Caux


Nous avons publié un livre de 250 pages : très illustré et documenté, il intéresse tous les publics.

Voir la présentation du livre ici

Consultez nos dossiers sur "le clos-masure en Pays de Caux et sur "le clos-masure : l’architecture"